Choeurs 1991 à 1997

les autres pages consacrées aux Choeurs :
1991 : Les nouvelles aventures de Tristan et Iseult

Voici la première production de Chorea hors la Fac de musique.
L’ensemble est devenu un choeur d’amateurs dirigé par ma soeur Isabelle Faës.

2 comédiens : Laure Mandraud et Alain Leclerc
2 solistes : Patricia Petibon et Jean-Noël Briend. 
Tous deux font depuis une belle carrière. 
1 piano à 8 mains : Clare Ryan, Myriam Gauvrit, Catherine Barat et moi-même…
à la percussion : Patrick Gilbert

Les Nouvelles aventures de Tristan et Iseult utilisent les textes de Béroul et Thomas. J’ai choisi les scènes dans lesquelles Tristan et Iseult trahissent par amour. Je ne me suis intéressé ni à la chronologie, ni au dénouement de l’histoire. L’oeuvre, conçue comme une partie d'échecs, s’achève sur la rencontre avec l’ermite Ogrin qui appelle les amants au repentir. Mais Dieu a déjà justifié ceux qui se sont aimés “par force surhumaine”, même si cet amour les a conduits au-delà des limites de la morale traditionnelle…
enregistrement public réalisé par Jean-Paul Delarbre
un extrait instrumental
duo Patricia Petibon et Jean-Noël Briend
1992 : Des Femmes

Le point de départ de cet ensemble de 5 choeurs est un poème de mon oncle, le poète angevin Maurice Faës : l’Annonciation.
L’ayant mis en musique, j’adaptais d’autres textes, pour créer des portraits poétiques et sensuels de femmes de la Bible.

Cette première version est accompagnée au piano à quatre mains (Laurent Bres et moi-même au piano). 
Nous la jouerons à Perm (Russie) en 2001.
Une adaptation avec cordes sera créée en 2000.
Marie, 1er extrait

(affiche réalisée par le plasticien Rachid Mouktadi)
Marie, 2e extrait

Elisabeth, extrait

Sarah, extrait

1993 : Le Livre du météore

La mythique météorite de Chinguetti, à la réalité de laquelle Théodore Monod fera un sort définitif, m’a inspiré cette quête dans le désert.
Nicolas Trolonge en a écrit le livret.
Laure Mandraud a mis en scène le spectacle lors de la création.
Soprano solo : Martine Postel.
Parmi les comédiens, on retrouve Alain Leclerc et Patrick Gilbert.
En dehors du piano à 4 mains (avec l’ami Laurent Bres) :
un violon : Claire Placéraud
un violoncelle : Muriel Cellier
des percussions : Vincent Mauduit
Théodore Monod a assisté à la représentation du 2 juin 1993, à la Pléiade, salle de spectacle de la ville de La Riche. Il se tient ici entre Laure et moi-même.

J’avais expliqué à Théodore Monod que je souhaitais plus écrire une légende que suivre la réalité scientifique de sa démarche.

Il s’est prêté au jeu avec beaucoup de gentilesse.

Nicolas Trolonge lui faisait parvenir le texte au fur et à mesure de sa rédaction, et Théodore Monod nous faisait part de ses remarques…
Une lettre de Théodore Monod :
Vous retrouverez la trace de nos échanges dans les manuscrits et archives scientifiques du Muséum national d'histoire naturelle (cliquer sur les images) :
Lettres de Théodore Monod à Olivier Faes



Lettres d’Olivier Faes à Théodore Monod



Le Livre du météore, 1er extrait

Le Livre du météore, 2e extrait

Le Livre du météore, 3e extrait

Le Livre du météore, 4e extrait (solo de Martine Postel)

Le Livre du météore, 5e extrait

l’affiche de la reprise de l’oeuvre pour le centenaire de la naissance de Théodore Monod


1994 : La Cantate énigmatique
Cette intrigue policière est une allégorie de la relation entre l’artiste et son art.
C’est ma première collaboration avec le metteur en scène Babette Hauss
Pour la création, on retrouve le comédien Alain Leclerc
baryton : Jean-Marc Bertre
saxophone soprano : Rémi Dubois
contrebasse : Raymond Fournier
percussions : Vincent Mauduit
La Cantate énigmatique
1er extrait

La Cantate énigmatique
2e extrait

La Cantate énigmatique
3e extrait

1995 : Carmen saeculare

Laurent Bres, Martine Postel, Hugues Hugot et Bernard Guy étaient à l’affiche de cette oeuvre inspirée de l’histoire du romain Regulus, otage des carthaginois.

Renaud Détruit, alors élève d’Yves Weeger à la Maîtrise du Conservatoire de Tours, tenait le rôle du fils de Régulus.
Carmen saeculare
1er extrait
Carmen saeculare
1er extrait
Carmen saeculare
1er extrait

(affiche du plasticien Thierry Bénès)

1996 : Le Songe de Vésale

J’ai dédié cette oeuvre à Babette Hauss qui l’a mis en scène lors de la céation.

En juin 2009, une version plus développée sera mise en scène par Richard Violante.

à l’époque, Hugues Hugot incarnait Vésale, Thierry Robard le Gentilhomme, et Laurent Bres le lecteur.

André Vésale est né le 31 décembre 1514 à Bruxelles.
Il est considéré comme le plus grand anatomiste de la Renaissance, voire de l’histoire de la médecine. Ses travaux feront entrer l’anatomie dans la modernité,
En 1544, il accepte de devenir le chirurgien de l’empereur Charles Quint puis de Philippe II d'Espagne.
En 1563, condamné à la suite d'une dénonciation calomnieuse pour avoir disséqué une femme encore vivante il doit faire un pèlerinage à Jérusalem. Lors du voyage de retour, son bateau fait naufrage. Vésale meurt d'épuisement sur les côtes de l’Île de Zante le 15 octobre 1564.

Le Songe de Vésale est un hymne à la tolérance et à la vie.
Le Songe de Vésale
court extrait de l'ouverture
l’affiche de 2009
1997 : Je vous aime Mademoiselle
Cette oeuvre est une déclaration d’amour à une femme censée se trouver dans la salle de spectacle. L’artiste se promène à travers les époques pour séduire la belle, mais un personnage va s’inviter et essayer de contrecarrer ses plans : le diable !
Laurent Bres et Hugues Hugot incarnaient ces deux personnages…

Je vous aime Mademoiselle est la dernière contribution d’Isabelle Faës à la direction de Chorea.
Je vous aime Mademoiselle
1er extrait
Je vous aime Mademoiselle
2e extrait
Je vous aime Mademoiselle
3e extrait : La Tranchée des baïonnettes, poème de mon oncle Maurice Faës (1924 -2022)
les autres pages consacrées aux Choeurs :